Francesco Marino di Teana

Francesco Marino di Teana 03

Francesco Marino di Teana, né en 1920 à Teana, une petite commune italienne située dans la province de Potenza, dans la région Basilicate, en Italie méridionale. Il a su développer un style unique et novateur centré notamment sur une conception triunitaire de 1 + 1 = 3 : l’espace vide entre deux pleins n’est pas à considérer comme « nul », mais bien comme faisant partie intégrante du tout et représentant un espace énergétique propre. L’artiste coupe afin de libérer « l’énergie transparente ». La seconde idée étant qu’art et architecture sont indissociables, ils font partie « d’un ensemble significatif » qui enrichit la cité et son architecture. 

 

Si l’artiste s’est d’abord tourné vers l’architecture, c’est en tant que sculpteur qu’il sera présenté régulièrement par la Galerie Denise René au cours d’expositions personnelles à partir de 1960. Son travail, caractérisé par des formes géométriques abstraites, des compositions équilibrées et harmonieuses, explore les possibilités de l'espace et de la lumière, aboutit à des œuvres qui semblent flotter dans l'air. 

En 1962, Marino di Teana est lauréat du Prix Saint-Gobain. L'un des membres du jury n’est autre qu’Alberto Giacometti, avec qui Marino di Teana deviendra un grand ami. Giacometti dira à propos de l’œuvre présentée par Marino di Teana au concours de 1962 : « on ne peut pas dire que c’est un objet. C’est exactement entre les deux domaines (l’art et la construction). Car ce qui me touche, c’est bel et bien son rythme, sa sensibilité, donc ses éléments plastiques ». 

 

À partir de cette période, l’artiste participe ensuite à de nombreuses manifestations d'art contemporain en France et à l’Étranger : ses oeuvres sont exposées dans les musées d'Ixelles, de Liège, Bruges, Francfort, Munster, Copenhague, Tokyo, Tel Aviv, ou encore Minneapolis. 

 

Au total, soixante-deux sculptures monumentales de l'artiste sont présentes dans l'espace public, dans pas moins de cinq pays différents.

 

Marino di Teana est l’un des premiers sculpteurs français à utiliser l’acier Corten pour réaliser ses sculptures, ce qui lui a permis d'explorer de nouvelles possibilités esthétiques. La sculpture intitulée « Liberté » (1988-1990), installée à Fontenay-sous-Bois, restera la plus grande sculpture monumentale d'Europe en acier Corten, jusqu’à l’installation de « Arc Majeur », de Bernar Venet en 2019 au kilomètre 99 d’une autoroute wallonne. 

 

Comme déjà évoqué plus haut avec sa théorie triunitaire, Marino di Teana était un penseur et un philosophe. Il croyait en la puissance de l'art pour transformer la société et inspirer les individus : « l’Art n’est qu’un choc électrophysiologique qui se développe comme une équation pleine de signes, qui s’élaborent à travers le raisonnement, le dépouillement, pour aboutir à son résultat final où il ne reste qu’un signe, l’harmonie de toute une pensée : on se demande alors encore un instant, si c’est vrai, car il n’existe de vérité que l’instant du rêve. » 

 

Il déclare aussi : « Toutes mes sculptures sont des maquettes d’architecture ». Marino di Teana conçoit des projets visionnaires de ville du futur, car il désire faire de l’architecture et de l’urbanisme un instrument pour la paix et la concorde. Il participera au concours international pour l’opéra de la Bastille lancé en 1983. 

 

Marino di Teana a exposé ses œuvres dans de nombreux pays à travers le monde. Ses sculptures ont été acquises par des musées et des collectionneurs privés, et elles continuent d'inspirer et de fasciner les amateurs d'art d'aujourd'hui. 

 

Malgré sa renommée internationale, Marino di Teana est resté humble et dévoué à son art. Il a continué à créer des sculptures jusqu'à sa mort en 2012, laissant derrière lui un héritage artistique intemporel.

Oeuvres de Francesco Marino di Teana